Le Cresson de fontaine est un légume recherché dont la culture se fait rare.

En contrebas de la route qui va de Denée à Sosoye (N971), peu après l'ancien moulin de Denée, aujourd'hui transformé en gîte, se trouvent des cressonnières.

Ce sont les cressonnières de Denée (commune d'Anhée) exploitées par la famille Eustache de Jemeppe-sur-Sambre.
 



Cressonnières de Denée.
Photo prise le 23/04/2006.
 



Cressonnières de Denée.
Photo prise le 06/05/2006.
 

Pour croître, le Cresson de fontaine a besoin d'eau de source pure, non acide et un peu courante et doit bénéficier d'un bon éclairement.

Le nom scientifique du Cresson de fontaine est Nasturtium officinale R. Brown. Le nom générique nasturtium est formé sur les termes latins nasum - nez - et torquere - tordre ou grimacer - par allusion à la saveur piquante du cresson.

C'est une plante de la famille des Brassicaceae.

Pour en savoir plus sur le Cresson de fontaine (Encyclopédie libre Wikipédia).
 


 

Les exigences écologiques de cette espèce sont telles que sa culture devient de plus en plus rare en Wallonie et dans le reste du pays.

Et cela sans compter la transformation des cressonnières en étangs de loisirs.

La famille Eustache cultive le cresson de fontaine depuis trois générations.

Elle travaille actuellement sur trois sites afin de permettre une production correspondant aux deux périodes de demande de l'année (mars-avril-mai et novembre-décembre) :

Grâce à des semis effectués à des périodes différentes (fin mars à Furnaux et fin août à Denée), la production peut être étalée.
 



Cressonnières de Furnaux (Mettet).
Photo prise le 28/03/2007.
 



Le village de Furnaux (Mettet).
Photo prise le 28/03/2007.
 

Les eaux alimentant ces trois sites de production n'ont pas la même température (les eaux de Jemeppe-sur-Sambre sont plus chaudes que celles de Furnaux et de Denée).

La production du Cresson de fontaine est contrôlée par l'AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE (AFSCA).
 



Ruisseau de Denée avec du Cresson de fontaine
poussant naturellement.
 

A Denée, les exploitants parviennent à effectuer trois récoltes par an.
 





 



La proximité de plants d'osier
permet la fabrication des liens
servant à ligaturer
les bottes de cresson.
 









Récolte du cresson de fontaine et
confection d'une botte.
 






La botte est ligaturée avec un brin d'osier.
 












La récolte du cresson de fontaine
se fait en famille.
 

Jacques Eustache : "Le cresson, c'est toute l'année. Il y a toujours quelque chose à faire, que ce soit à Jemeppe-sur-Sambre, à Furnaux ou à Denée."

L'essentiel de la production est écoulée à la criée des fruits et légumes de Zellik (près de Bruxelles). Un autre contrôle de qualité y est pratiqué. Pour se rendre à la criée, Jacques Eustache quitte son domicile à Jemeppe-sur-Sambre à 5 h 30 du matin afin d'arriver à Zellik vers 6 h 30 où plusieurs négociations ont lieu avant le début officiel de la criée (horloge) à 8 h 00.

La fraîcheur des bottes récoltées la veille est donc garantie aux acheteurs.

Bien entendu, rien ne vaut l'achat des bottes sur place, lorsque les exploitants sont au travail.
 



Les cressonnières de Denée.
A l'avant plan, un tapis de jacinthes des bois
[Hyacinthoides non-scripta (L.) Chouard ex Rothm.].
Photo prise le 22/04/2007.
 

En Belgique, le Cresson de fontaine est surtout utilisé cuit dans le potage.
 



Bottes de cresson fraîchement récoltées.
 



Potage au cresson.
 

En France et surtout en Angleterre, il se consomme cru, notamment sous forme de salades.
 



Les eaux pures et froides s'écoulent
en contrebas des cressonnières.
Elles vont rejoindre le ruisseau de Denée
qui va se jeter dans la Molignée
à la hauteur de l'ancienne pisciculture
de Maredsous.
 






La Surelle (Oxalis acetosella L.).
 



Les fleurs printanières profitent de la lumière
avant le débourrage des arbres.
 



Premières fleurs de Jacinthe des bois
[Hyacinthoides non-scripta (L.) Chouard ex Rothm.].
 



La dénivelée à la sortie
des cressonnières atteint 7 mètres.
 



L'ancienne pisciculture de Maredsous.

Photo prise le 15/04/2007.
 



Le ruisseau de Denée
arrive dans l'ancienne pisciculture
de Maredsous.

Photo prise le 15/04/2007.
 



Après avoir traversé l'ancienne pisciculture
de Maredsous, le ruisseau de Denée
va se jeter dans la Molignée.

Photo prise le 15/04/2007.
 



Un autre site de cressonnières se trouve à Annevoie,
sur le territoire de la commune d'Anhée,
en contrebas de la route Bioul-Annevoie (N932)
(Rue de Rouillon), côté gauche.
Ces cressonnières ont été creusées
par le père de Jacques Eustache
mais ne sont plus exploitées
par la famille Eustache.

Photo © Joseph Tremouroux prise le 15/04/2007.
 

Toutes les photos ont été prises le 12/04/2007 à l'exception des 9 photos dont la date de prise de vue a été spécifiée.

Cressonnières de Denée, Furnaux et Jemeppe-sur-Sambre
Jacques Eustache
Rue des Quatre Vents  14

B-5190      JEMEPPE-SUR-SAMBRE

Tél. : + 32 (0)71 78 88 82 (après 18 h 00)
GSM :  + 32 (0)497 99 89 86
Fax :  + 32 (0)71 78 88 82


L'ancien moulin de Denée
 



Carte postale ancienne
oblitérée le 18/08/1902.
 



Carte postale ancienne
(Edit. N. Laflotte, Bruxelles)
oblitérée le 01/05/1913.
 



Carte postale ancienne
(Edit. N. Laflotte, Bruxelles)
oblitérée le 09/05/1913.
 



Carte postale ancienne oblitérée le 06/06/1926.
 



L'ancien moulin de Denée et la ferme attenante.
Carte postale moderne sans date et non oblitérée.
 



L'ancien moulin de Denée
avec, à l'avant-plan, les cressonnières
aujourd'hui disparues.
Photo © Jean Closset prise en mai 1981.