Lundi 29 septembre 2014

C'est le 21/07/2004 qu'Yves Van Cranenbroeck a chargé les premières pages du site internet de Maredret. Le nom de domaine www.maredret.be avait quant à lui été acheté le 03/01/2001.

C'est aujourd'hui qu'a eu lieu la millionième visite du site internet de Maredret.

En voici les statistiques depuis la création du site internet :

Le nombre de sections, de pages et de ressources illustrées (notamment photos) allié à un contenu d'une grande richesse explique que le site internet de Maredret est véritablement devenu incontournable pour qui s'intéresse à Maredret, son village et son abbaye, mais aussi à la région de la Molignée. 


Mercredi 27 août 2014

En empruntant samedi dernier, 23/08/2014, l'escalier menant du choeur de l'église abbatiale de Maredret à la crypte, les participants à la marche du souvenir aux bougies n'ont pu voir derrière la porte en bois ouverte l'image punaisée reproduisant le prologue de l'Evangile selon saint Jean.
 

  

COMMENCEMENT DU SAINT EVANGILE SELON S.JEAN

Image imprimée recto-verso
sur la presse de l'abbaye de Maredret
en août 1914.
 


 

Il s'agit du prologue de l'Evangile selon saint Jean (1, 1-14) qui était proclamé en latin à la fin de la messe (sous le nom de "Dernier Evangile") avant la réforme de 1969.

Les soeurs bénédictines de Maredret ont imprimé ce texte et l'ont placé sur de nombreuses portes de l'abbaye.

En plaçant également l'Evangile de saint Jean dans des cachettes avec des écrits compromettants ("(...) nous avons toute confiance dans l'emploi de ce moyen surnaturel qui nous a visiblement protégées jusqu'ici." (Annales du 01/03/1916), les soeurs posaient un acte de Foi.

Les soeurs parlent à plusieurs reprises de l'Evangile de saint Jean dans leurs Annales :

Dimanche 2 août 1914
(récit rédigé par la Mère Cellerière, premier carnet, folio 1)
- Comme cellerière j'avais parcouru ce jour-là toute la maison et à chaque porte extérieure j'avais placé un Evangile de St Jean, une médaille de la Ste Vierge, une autre de St Benoît et une image de Sr Thérèse de l'Enfant Jésus tandis que Sr Wivine avait aspergé d'eau bénite tous les murs du jardin qui forment la clôture

Jeudi 13 août 1914
Une bonne femme du village vient demander au père, ces jours ci, de lui donner une bénédiction et de réciter sur elle l'Evangile de St Jean. Dom Jérôme la satisfait.

Samedi 22 août 1914
(récit rédigé par la Mère Cellerière, troisième carnet, folio 1)
Malgré une consigne très-sévère, Soeur Marthe parvient à pénétrer jusqu'au milieu du camp afin de distribuer des Evangiles de St Jean, des médailles et des images

- Sr Marthe notre oblate va distribuer des évangiles de St Jean, on la laisse entrer ds le camp des artilleurs, où un officier l'accompagne ds sa ronde, elle en distribue 1400 ! (Annales).

Dimanche 23 août 1914
(récit rédigé par la Mère Cellerière, troisième carnet, folio 4)
Tout au coup on annonce que deux Uhlans à cheval se dirigent vers notre abbaye. Aussitôt le Rd Père Aubert accompagné de deux villageois auxquels nous avions donné une médaille de St Benoît franchissent la cour d'honneur pour aller à leur rencontre.. Mais ô puissance de la prière : les Uhlans avaient disparu. On les avait vus s'arrêter un moment devant la grille de la cour d'honneur - se dire quelques mots tout bas et puis aussitôt tourner bride. L'Evangile de St Jean ainsi que la médaille de la Ste Vierge et de notre Bx Père [saint Benoît]
que j'avais chargé Sr Marthe d'enfouir devant cette grille leur avait fait rebrousser chemin....

Jeudi 17 septembre 1914
- Madame l'Abbesse a fait placer encore des Evangiles de St Jean au dehors du monastère aux bifurcations des chemins qui mènent ici, et voilà plusieurs fois que les patrouilles prussiennes rebroussent chemin alors qu'elles se dirigeaient sur nous ; c'est si remarquable que cela mérite d'être consigné ; ce soir encore après Vêpres Mr Desclée a vu des cavaliers tourner brides sans raison apparente alors qu'ils semblaient venir droit ici.

Samedi 23 janvier 1915
- Un homme de Falaën vient demander des feuillets d'évangile
[Evangile de saint Jean]
et dit qu'ils sont exposés dans toutes les maisons de Falaën, ainsi que le portrait de Sa Thérèse de l'Enfant Jésus. Le village a été exceptionnellement préservé et le curé a dit en chaire qu'il fallait attribuer cette protection à l'évangile de St Jean et à Sa Thérèse de L'Enf. Jésus.

Mercredi 1er mars 1916
- Ensuite on pourvoit au moyen de mettre en sûreté la Pastorale enluminée qui est bien ce que nous avons de plus compromettant, dans le cas ou une nouvelle alerte se produirait, car ce travail est en voie d'exécution et on y travaille régulièrement ; comme les présentes Annales qui renferment de quoi ns envoyer toutes au bagne à perpétuité !! Tout est combiné pr pouvoir les soustraire à tous les regards en cas de surprise. Ce qui vaut mieux encore l'Evangile de St Jean est placé dans nos cachettes et ds les écrits dangereux et ns avons toute confiance dans l'emploi de ce moyen surnaturel qui ns a visiblement protégées jusqu'ici.
 



Une autre version de l'image.


Mardi 19 août 2014

"L'AVENIR" (Namur) publie un article de Freddy Gillain intitulé Sur les traces du dernier train, à vélo.
 


 

Les deux prochains vélotours guidés gratuits de l'ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée) auront lieu les samedis 20/09/2014 et 11/10/2014.


Dimanche 17 août 2014

L'hebdomadaire "DIMANCHE", édité par Médias Catholiques Belges Francophones, vient de publier un numéro spécial (N° 28 du 17/08/2014) intitulé 14-18 : au nom de la foi et du patriotisme.

Dans ce numéro, Sylviane Bigaré, journaliste, a interviewé Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret et historien local, à propos de ses recherches historiques relatives à la Première Guerre mondiale dans l'ancienne commune de Sosoye.

Cet interview est également diffusé en ligne sous forme écrite et sous forme audio.
 


 


Mercredi 13 août 2014

Observation peu banale : un Orvet a franchi sain et sauf la Rue des Montis.
 



Orvet fragile [Anguis fragilis Linnaeus (1758)],
espèce de Lézard apode (= sans pattes).

Il se nourrit principalement d'escargots
et de lombrics (verres de terre). Il lui arrive
de consommer des insectes et des araignées.
L'orvet fragile fréquente volontiers
les fourmilières.


Mardi 12 août 2014

L'hebdomadaire gratuit "PROXIMAG" (Dinant-Beauraing) du 13/08/2014, distribué en toutes boîtes avec un jour d'avance, publie en page 25 l'annonce de l'enquête publique relative au projet de deuxième poulailler industriel à Maredret (appelé pudiquement "extension de l'exploitation avicole existante").
 


 

Vu le nombre total de poules pondeuses pour les deux poulaillers industriels (23.675 pour le poulailler industriel existant + 26.042 pour le projet actuel = 49.717), le projet soumis à enquête publique du lundi 18/08/2014 au mercredi 17/09/2014 à 11 heures fait l'objet d'une étude des incidences sur l'environnement.

Les opposants au premier poulailler industriel, dont le permis unique (urbanisme + environnement) avait été octroyé en date du 06/07/2009 par André Antoine, Ministre du Logement, des Transports et du Développement territorial de la Région wallonne en affaires courantes, avaient demandé, mais en vain, une étude des incidences sur l'environnement.

Cette fois, ils devraient être comblés...

Pour en savoir plus sur le premier poulailler industriel.

Une soirée d'information organisée par le demandeur, Quentin Bocart, agriculteur à Maredret, avait eu lieu le 23/10/2014 à la salle Al'Bagne. Celui avait alors expliqué que son projet de doublement de poules pondeuses visait avant tout à rentabiliser les installations existantes (= faire diminuer les frais fixes). A la question posée par un participant afin de savoir si l'alimentation électrique qui avait fait l'objet de travaux à la Rue des Montis serait suffisante, Quentin Bocart avait répondu spontanément : "Tout a été prévu !" Ainsi donc, le doublement du nombre de poules pondeuses faisait bien partie du projet initial du demandeur et ce dernier avait en fait limité le nombre de poules pondeuses du premier projet afin d'éviter une étude des incidences sur l'environnement. A une autre question technique relative à la gestion des fientes, le demandeur avait répondu : "Ce n'est pas nous qui avons pondu les normes !" Normal pour un poulailler industriel.

L'étude des incidences sur l'environnement réalisée par le bureau d'études agréé EURECO sprl (Rue de Seraing le Château  1 à 4537  VERLAINE) pourra être consultée à partir du 18/08/2014 à l'Administration Communale d'Anhée.

Une comparaison de l'étude des incidences sur l'environnement avec le dossier du premier projet soumis à deux enquêtes publiques (du 25/06/2008 au 10/07/2008 et du 27/11/2008 au 12/12/2008) et le permis unique du 06/07/2009 ne manquera très certainement pas de livrer des informations intéressantes, notamment en ce qui concerne le respect des conditions d'exploitation (urbanisme et environnement).

L'étude des incidences sur l'environnement devrait également expliquer les raisons du spectaculaire incendie de fientes qui a eu lieu au poulailler industriel de Maredret le 05/01/2014.


Lundi 11 août 2014

Placement par l'Administration Communale d'Anhée à la Rue des Montis de deux affiches jaunes "Enquête publique".
 



L'affiche annonce une enquête
publique relative à une extension
de l'exploitation avicole existante
sise Rue de Furnaux à Maredret
.

L'enquête publique aura lieu
du lundi 18/08/2014 au
mercredi 17/09/2014 à 11 heures.

Le projet soumis à enquête publique
fait l'objet d'une étude
des incidences sur l'environnement.


Mardi 5 août 2014

Le soleil de fin de journée met en évidence un massif de phlox situé Rue des Laidmonts.
 






 


Vendredi 11 avril 2014


 

"L'AVENIR" (Namur) publie un article de Bertrand Lani consacré à la visite surprise de l'empereur Guillaume II à l'abbaye de Maredret le 23/06/1916.
 


 


Jeudi 10 avril 2014

Il existe encore heureusement à Maredret des petits sites naturels qui recèlent une biodiversité intéressante.

Ces sites naturels sont les témoins des pratiques agropastorales et forestières d'autrefois.
 



Taillis.
 



Champignon (Polypore) (Piptoporus betulinus)
sur un tronc mort de Bouleau (Betula pendula Roth).

Ce champignon est lié strictement aux bouleaux.
 



Les premières fleurs de la Jacinthe des bois
[
Hyacinthoides non-scripta (L.) Chouard ex Rothm.)
ont fait leur apparition (en 2013, c'était
au début du mois de mai, période habituelle).
 



L'Orchis mâle
[Orchis mascula (L.) L.]
est l'une de nos premières orchidées
à fleurir.

Elle affectionne les bois
dans la vallée de la Molignée.
 












Primevère officinale
(Primula veris L.).
 



Un bourdon butine les fleurs du Lamier blanc
(Lamium album L.). Les feuilles ressemblent
très fort aux feuilles de la Grande Ortie
(Urtica dioica L.)... à la différence près
que les feuilles du Lamier blanc ne sont pas
urticantes.


Mercredi 9 avril 2014


 

La deuxième partie de l'article intitulé L'Empereur et l'Abbesse - Une visite étonnante à l'abbaye de Maredret le 23 juin 1916 et rédigé par Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, vient d'être publiée dans le périodique trimestriel du Musée en Piconrue (Bastogne).
 



Récit de la rencontre entre Guillaume II,
empereur d'Allemagne, et Madame Cécile de Hemptinne,
abbesse de l'abbaye de Maredret,
le 23 juin 1916.


Mardi 8 avril 2014

Après l'orage d'hier soir, le soleil a timidement fait sa réapparition.
 



Photo du village depuis la Rue des Laidmonts à 8 h 52.
 



Fleurs de Prunier de Namur en fin de journée.


Lundi 7 avril 014

Printemps à Maredret.
 



Jeunes feuilles de Noyer (Juglans regia L.).
 



Inflorescence de Coeur de Marie
[Dicentra spectabilis
(L.) Lem.].
 



Lys.
 



Tulipe.
 



Jeunes feuilles de Charme (Carpinus betulus L.).
 



Petite Pervenche (Vinca minor L.).
 



Fleurs de Prunier de Namur.
 



Fleurs de Prunier de Namur.
 



Jeunes pousses de Pivoine
en provenance de l'Ortie-Culture.


Dimanche 6 avril 2014

L'association LES AMIS DE L'ABBAYE DE MAREDRET asbl a repris aujourd'hui les visites guidées hebdomadaires de l'abbaye de Maredret, chaque dimanche et chaque jour férié à 15 heures, d'avril à octobre.

Cette année, plusieurs nouveautés ont été mises en place :

Pour en savoir plus (fichier ACROBAT de 358 Ko).

Les premières visites guidées de l'abbaye de Maredret ont été organisées en 2011 par l'association LES AMIS DE L'ABBAYE DE MAREDRET asbl. Durant cette première année, 596 personnes ont découvert l'abbaye de Maredret à l'occasion de 28 visites guidées, guidées par Yves Van Cranenbroeck, président-fondateur de l'association (de 2010 à 2013), ou Soeur Marie-Benoît Bouchoms, Prieure et Cellérière.

Ces visites, totalement gratuites, avaient pour objectifs :

A l'issue de chaque visite guidée, le guide proposait aux participants, s'ils le souhaitaient, d'effectuer des dons en liquide pour l'entretien de l'église abbatiale. Cette formule a manifestement séduit de nombreux participants durant les quatre années de visites guidées gratuites, principalement du fait de l'enthousiasme des guides, dont l'équipe s'est étoffée au fil du temps.

Pourquoi les visites guidées sont-elles devenues payantes cette année ?

Soeur Marie-Benoît : "Le prix d'entrée perçu sera directement affecté à notre communauté, laquelle a de grands besoins financiers, ne serait-ce que pour l'entretien des bâtiments. Mais nous avons avant tout voulu éviter de faire de la concurrence aux visites guidées de l'abbaye de Maredsous toute proche, celles-ci étant payantes. Après évaluation, nous sommes prêtes à revoir la formule."
 



Le chevalet métallique, installé dans le cadre
des travaux
"Coeur de Village" réalisés
par la commune d'Anhée (pouvoir adjudicateur)
en 2004-2005, a été réparé par l'association
LES AMIS DE L'ABBAYE DE MAREDRET asbl.
 



Les visites guidées pour l'année 2014
sont annoncées sur le chevalet rénové à l'aide
de deux belles photos et d'une affiche.

Il faut se rendre à l'entrée de l'église
abbatiale ou dans le magasin monastique
pour découvrir le programme détaillé
et notamment le fait que les visites guidées
sont désormais payantes.
 

Yves Van Cranenbroeck continuera quant à lui à guider gratuitement des visites guidées à Maredret et à Sosoye ainsi que les vélotours de l'ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée) : "Dans un monde où tout est marchandisé, il est bon de pouvoir partager gratuitement sa passion et ses connaissances."


Jeudi 3 avril 2014

Le Conseil Consultatif des Aînés de la commune d'Onhaye (Province de Namur), voisine de celle d'Anhée, s'est déplacé à Maredret.

Les 34 participants ont été accueillis à 14 heures à l'abbaye de Maredret par Yves Van Cranenbroeck, Greeter du réseau de la Province de Namur depuis 2013.

Après la visite guidée gratuite de l'abbaye, les participants ont pu parcourir le village de Maredret, toujours accompagné de leur guide bénévole.

Un passage par l'atelier de céramique de Michèle Lecomte a terminé la visite du village.
 



Les participants devant l'ancien moulin de Maredret.
 



A la question du guide : "Comment appelle-t-on
la période de l'année où fleurissent
les prunelliers ?"
, une participante a répondu
en wallon :
"Iviêr dès purnalîs !"

Elle a été vivement applaudie.
 

L'après-midi s'est terminée par un goûter à La Gare de Maredsous où l'accueil d'Hélène et Alexandre Goffin-Frippiat a été, comme toujours, très chaleureux.


Mardi 1er avril 2014


 

Il y a 98 ans, le 1er avril 1916, à 6 h 40, Gabrielle Petit était fusillée par les Allemands au Tir National à Schaerbeek (Bruxelles).

Au soldat qui voulait lui bander les yeux, elle avait répondu : "Je ne veux pas de bandeau. Respectez au moins le voeu d'une femme qui va mourir."

En juillet 1923, la Reine Elisabeth a inauguré à la Place Saint-Jean à Bruxelles un monument représentant Gabrielle Petit, dédié à l'héroïne mais aussi "à toutes les femmes belges tombées pour la patrie".
 



Le monument dédié à Gabrielle Petit.
 



Je viens
d'être condamnée
à mort.
Je serai fusillée demain.
Vive le Roi.
Vive la Belgique.

 



GABRIELLE PETIT
fusillee
par les Allemands
le 1r avril 1916
et a la mémoire
des femmes belges
mortes pour la patrie
 



Le devoir de mémoire à Gabrielle Petit
n'a pas été oublié en ce 1er avril 2014.
 

Poisson d'avril.


Lundi 31 mars 2014

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret et naturaliste, a invité un petit groupe de membres de la SOCIETE DES NATURALISTES NAMUR-LUXEMBOURG à participer à une après-midi de prospection de la flore printanière près du château de Montaigle (Commune d'Onhaye - Province de Namur).
 



Introduction à la géologie
du site visité.
 



Un test de brachiopode (blanc)
dans une encrinite (calcaire crinoïdique).
 



Philippe Martin (au centre), président
de la SOCIETE DES NATURALISTES NAMUR-LUXEMBOURG,
partage ses connaissances en botanique
systématique avec les participants.

A droite, André Smoos, coordinateur
de ces sorties botaniques très appréciées.
 



A l'arrière-plan, à droite, les ruines
du château de Montaigle.

Le chemin emprunté par les participants
suit un vallon sec.
 



Identification des plantes printanières
de bas de pente.
 



Un piton de calcaire de la Formation de Waulsort
(récif).

Ce vallon sec abrite dans son exposition sud
de nombreux et anciens buissons de Buis
(Buxus sempervirens L.).

Photo © Claude Delhaise.
 



La vallée du Flavion et ses remarquables falaises
de calcaire viséen.
 



Le Flavion.
 



Le Flavion.

A l'avant-plan, une belle station
de dorines à feuilles opposées
[Chrysosplenium oppositifolium L.].
 



Dorine à feuilles opposées.
 



Accouplement de crapauds communs
[Bufo bufo Linnaeus (1758)]
le long du chemin forestier bordant le Flavion.


Dimanche 30 mars 2014

Exposition, films documentaires, produits du terroir, information circuits courts et repas campagnard étaient au menu de la journée Du champ à l'assiette... Notre pain quotidien organisée en partenariat par l'ACRF et le CONSEIL CULTUREL D'ANHEE.
 



L'affiche de la journée.
 



Notre pain quotidien... produit
par un boulanger cultivant lui-même ses céréales.
 



L'exposition réalisée par Jean-Claude Dewinte,
le dynamique animateur du CONSEIL CULTUREL D'ANHEE.
 

Une telle initiative (qui n'en est pas à sa première édition) mérite d'être mise en évidence et encouragée.

Bravo aux animateurs de l'ACRF et du CONSEIL CULTUREL D'ANHEE mais aussi aux nombreux bénévoles présents pour la réussite de cette journée.


Samedi 29 mars 2014

A la découverte de Maredret et de ses environs sous le soleil printanier.
 



Ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée)
entre l'ancienne gare de Maredsous (Denée)
et le village de Sosoye.
 



Petit patrimoine ferroviaire.
 









Le mur d'enceinte (côté sud) de l'abbaye de Maredret.
 






Iviêr dès purnalîs.
 



L'écoulement goutte à goutte d'eau souterraine
chargée de carbonate de calcium pétrifie
progressivement les minéraux et les déchets
organiques.

C'est le même phénomène que celui
que l'on rencontre dans les grottes
(stalactites et stalagmites).
 



Inflorescence de Primevère officinale
(Primula veris L.).
 



L'abbaye de Maredret reste bien visible
tant que les premières feuilles des arbres
n'auront pas fait leur apparition.
 



Le château-ferme de Maredsous.

A l'avant-plan, une belle station de Mercuriale
vivace ((Mercurialis perennis L.) en pleine
floraison.
 



Grange et bâtiments du château-ferme de Maredsous.
 



Entrée est de Maredret. Pont sur la Molignée.
 



Rue des Laidmonts en fin de journée.
 



Tombée de la nuit sur le village.


Vendredi 28 mars 2014

Le printemps précoce est toujours aussi ensoleillé.
 



A droite du RAVeL Molignée, le ballast
de l'ancienne ligne SNCB 150 a été conservé.

Il abrite une microfaune intéressante à observer,
pourvu qu'on se mette à son niveau.
 



Les gendarmes (pas ceux de la Police Fédérale)
sont de retour.

Ces superbes insectes ont une cuticule
présentant des motifs en rouge orangé et noir
évoquant un masque africain.
 



Les accouplements vont bon train.
 



L'origine du nom vernaculaire de Gendarme
(ou Pyrrhocore ou encore Punaise rouge)
[Pyrrhocoris apterus Linnaeus (1758)]
provient de ses couleurs caractéristiques
rappelant les anciens uniformes des gendarmes
qui étaient rouge et noir.

Les gendarmes sont polyphages mais ils apprécient
tout particulièrement les graines du Tilleul
(Tilia sp.).
 



Le château-ferme de Maredsous.
 





 


 

Que s’est-il passé à Mettet (Province de Namur) et dans les environs en 1914-1918 ?

C'est devant un important public que Jean-Jacques Hauquier est venu en parler à 19 h 30 à la bibliothèque communale de Mettet.

Jean-Jacques Hauquier, délégué commercial à la retraite, est administrateur au Musée des Marches Folkloriques de l'Entre-Sambre-et-Meuse (Commune de Gerpinnes - Province de Hainaut), membre de l'association Les Amis de la Citadelle de Namur, conférencier à la Citadelle de Dinant, spécialisé en uniformologie militaire d'avant 1918 et conférencier dans les écoles et services clubs.

La bibliothèque communale de Mettet a mis en valeur avant et après la conférence ses nombreux ouvrages consacré à la guerre 1914-1918.
 



Jean-Jacques Hauquier.
 



Le conférencier s'est aidé d'objets historiques
pour illustrer ses propos.




Le pantalon rouge garance des soldats
français au début de la première
guerre mondiale ne contribuait
pas à les cacher aux soldats ennemis !
 



Casque prussien.
 



Casque de uhlan prussien.
 



Détail de l'avant du casque.
 

Les nombreuses questions posées à l'issue de la conférence ont montré le très grand intérêt des participants.

Bravo à la bibliothèque communale de Mettet de cette belle initiative !


Dimanche 23 mars 2014

Journée de l'Artisan.

La Maison de l'Artisanat a accueilli :



D'autres artisans étaient présents à la Maison
de l'Artisanat sans avoir été repris officiellement
dans le programme de la Journée de l'Artisan.
 





 

Dans le village, Nicole Galle, tisserande, et Michèle Lecomte, céramiste, ont ouvert leur atelier dans le cadre de la Journée de l'Artisan.
 

L'hebdomadaire catholique "DIMANCHE" N° 12 de ce jour publie en page 6 sous la plume d'Angélique Tasiaux un article consacré aux enluminures de l'abbaye de Maredret.

Connaissez-vous les enluminures, ces miniatures qui ornent les livres religieux ? L'abbaye de Maredret, non loin de Maredsous, compte l'un des plus fameux ateliers de Belgique. Le chercheur Dominique Vanwijnsberghe nous emmène sur les traces des moniales.
 

 


Samedi 22 mars 2014


 

Anne Mali, dentellière aux fuseaux et fondatrice de l'Atelier de dentelle de Maredret, a participé à l'assemblée générale de l'ORGANISATION BELGE DE LA DENTELLE (OBD) qui s'est déroulée à Temse (Provincie Oost-Vlaanderen), sur les bords de l'Escaut.
 






Anne Mali et Martine Bruggeman, qui a donné
une conférence sur les "dentelles de guerre",
échangent des informations
relatives
à Marie Kéfer-Mali qui a joué un rôle important
durant la première guerre mondiale pour aider
les dentellières en territoire belge occupé
par les Allemands.
 



Pour illustrer la conférence,
un collectionneur privé, membre de l'OBD,
a présenté ses "dentelles de guerre"
dans des vitrines.
 






Carte postale ancienne.
 

Voir toutes les photos.
 

La Maison de l'Artisanat a organisé son buffet de printemps à la salle Al'Bagne.

Plus de 80 personnes ont répondu à l'invitation.

Charles Grolaux, président de l'association MAREDRET VILLAGE ARTISANAL asbl, s'est adressé aux 80 participants qui avaient répondu à l'invitation : "Au premier rang de notre vitrine, voisins de notre Maison et premiers admirateurs de notre art et de nos métiers, c’est à ce titre que nous avons le plaisir de vous accueillir à ce premier Buffet de Printemps. Depuis plusieurs années, la Maison de l’Artisanat est intégrée dans le village de Maredret où artistes et artisans partagent leur art, transmettent passion et savoir-faire et présentent des oeuvres et créations de qualité dans les valeurs et traditions de ces métiers dits "oubliés". Afin que notre Maison pérennise ses activités et qu’elles engendrent des retombées positives pour tous, il nous semble primordial de vous faire part en primeur de la nouvelle dynamique mise en place et des perspectives d'avenir de la Maison de l'Artisanat. C'est l'occasion aussi d'échanger ensemble des idées et de vous présenter la nouvelle équipe en place qui oeuvre pour revaloriser notre Maison de l'Artisanat."
 


 


Vendredi 21 mars 2014

Premier jour du printemps.

"L'AVENIR" (Namur) publie un article de Freddy Gillain consacré au 4ème drink des acteurs touristiques de la commune d'Anhée qui a eu lieu mardi dernier, 18/03/2014.
 



Maredret n'a pas été oublié :
"
(...) la proposition de vélotours guidés gratuits
et la nouvelle dynamique de la maison de l'artisanat.
On note encore les activités de l'abbaye de Maredret
(...)
".


Mercredi 19 mars 2014

Fête de saint Joseph.
 


 


Mardi 18 mars 2014

Nicolas De Beurme, chargé de mission à l'Agence de Développement Local d'Anhée (ADL), a préparé et organisé le 4ème drink des acteurs (auparavant, on parlait des "opérateurs") touristiques de la commune d'Anhée.

Les participants étaient invités à 19 h 30 dans les nouveaux locaux de REM-BIKE-EVASION situés à Warnant (commune d'Anhée), le long de l'ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée).
 



Les nouveaux locaux de REM-BIKE-EVASION.
 



Rémy Lallemand, jeune entrepreneur
dynamique, accueillait les invités
du Syndicat d'Initiative Anhée
Meuse-Molignée
dont il vient
d'être élu administrateur.
 





 

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, était l'un des 16 intervenants de la soirée. Après avoir évoqué la disparition de Jean Vereycken, décédé le 18/02/2014, et avoir proposé un instant de silence à sa mémoire, il a présenté trois de ses activités dont la caractéristique commune est la gratuité : les vélotours guidés gratuits, les visites de Sosoye et Maredret dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale et ses rencontres à Maredret en tant que Greeter. Il a également évoqué son projet de parcours pédestre permanent en boucle permettant de faire le tour de Maredret en 45 minutes. Ce parcours sera dénommé Li grand toû d' Marèdrèt et sera dédié, lors de son inauguration, à la mémoire de Lucien Somme èt Jean Vereycken, deûs soçons dispû dès-ans èt dès razans.
 



Les vélotours guidés sont organisés en collaboration
avec le Syndicat d'Initiative Anhée Meuse-Molignée,
REM-BIKE-EVASION et la Gare de Maredsous.
 



Charles Grolaux, président de l'association
MAREDRET VILLAGE ARTISANAL asbl, a parlé
du passé, du présent et de l'avenir
de la Maison de l'Artisanat.
 



Gérald Decoster, président de l'association
LES AMIS DE L'ABBAYE DE MAREDRET asbl, a présenté
le programme de l'année 2014 : concerts et
visites guidées.

A droite de la photo, de gauche à droite :
Nicolas De Beurme, chargé de mission à l'ADL,
Valérie Deiber, chargée de mission à l'ADL, et
Nancy Luyten, la dynamique et souriante
permanente du Syndicat d'Initiative.
 

Tout au long de la soirée, les participants ont pu déguster les délicieux produits d'Eric Froli de l'Escargotière de Warnant.

Les rencontres entre participants ont prolongé agréablement la soirée.


Lundi 17 mars 2014

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret et naturaliste, a invité un petit groupe de membres de la SOCIETE DES NATURALISTES NAMUR-LUXEMBOURG à participer à une après-midi de prospection de la flore printanière entre Maredret et Ermeton-sur-Biert (Commune de Mettet - Province de Namur).
 



Tapis de jonquilles (Narcissus pseudonarcissus L.).
 


 



Les feuilles d'Orchis sp. se développent.
 



Partage de connaissances en géologie.
 



Calcaire noduleux.
 



Repérage sur la carte géologique de Wallonie
53/1-2 (Biesme-Mettet).
 



Identification d'une Violette
le long de l'ancienne ligne SNCB 150
(RAVeL Molignée).
 



La Corydale creuse
[Corydalis cava (L.) Schweigg. et Koerte]
sur les berges de la Molignée.
 



Comment distinguer la Corydale creuse
de la Corydale solide
[Corydalis solida (L.) C
lairv.] ?
 



La Molignée.
 



Ponte de batraciens en bordure d'un petit étang
situé à la limite de Maredret et
d'Ermeton-sur-Biert.
 



Sarcoscypha coccinea sensu lato (Ascomycètes).
Depuis quelques années, l'espèce a été scindée
en trois ou quatre espèces distinctes,
qu'on ne peut séparer que par les caractères
microscopiques. Les Sarcoscypha fructifient
au cours des trois premiers mois de l'année.
Ils sont en principe fidèles à leur station,
du moins si on n'emporte pas les branches
sur lesquelles ils poussent...

Identification et informations fournies
par André Fraiture, biologiste et
mycologue au Jardin botanique Meise.

Ce champignon a été découvert sur le sol,
couvert de branches et de bryophytes,
d'une ancienne aulnaie, à la limite
de Maredret et d'Ermeton-sur-Biert.
 

Très satisfaits de l'après-midi passée sur le terrain, les naturalistes envisagent de revenir dans les prochains jours afin d'observer l'évolution de la flore printanière.


Dimanche 16 mars 2014

Yves Van Cranenbroeck est Greeter du réseau de la Province de Namur depuis 2013.

C’est par choix familial que j’ai choisi d’habiter en 1994 à Maredret, au coeur de la vallée de la Molignée. J’y ai immédiatement trouvé mes racines, celles qui me relient à l’histoire, à la nature, à l’artisanat (mon épouse est dentellière aux fuseaux depuis 1982), à la vie monastique (le village est surplombé par l’abbaye des bénédictines et l’abbaye de Maredsous n’est pas loin), aux traditions populaires, aux produits locaux et à la cuisine selon les saisons. En 2004, j’ai créé le site internet de Maredret (www.maredret.be), "la mémoire de notre village", où je partage, avec textes et photos, tout ce que je recherche et tout ce que je reçois. Passionné par mon lieu de vie et par la région de la Haute Meuse dinantaise, j’accueille régulièrement des visiteurs à qui je fais découvrir le village d’hier et d’aujourd’hui à l’aide de photos, de documents, de témoignages et d’anecdotes. Je connais chaque coin et recoin des rues, ruelles, chemins et sentiers ainsi que les bords de la Molignée et l’ancienne ligne de chemin de fer (RAVeL Molignée).

Yves Van Cranenbroeck a été invité par Delphine Denis, coordinatrice du réseau des Greeters de la Province de Namur (FTPN), à une rencontre entre Greeters et propriétaires de gîtes membres de la FEDERATION DES GITES DE WALLONIE à Namur.

De 14 h 30 à 16 heures, les Greeters de la ville de Namur ont chacun pris en charge les Greeters n'y habitant pas (Floreffe, Dinant et Maredret) ainsi que les propriétaires de gîtes.

C'est sous un soleil printanier réapparu après une matinée bien grise que les petits groupes sont partis pour une rencontre à la découverte de Namur autrement.
 



La cathédrale de Namur.
 

Yves Van Cranenbroeck et son épouse, Anne Mali, ont été pris en charge par François, dont c'était la première rencontre en tant que Greeter. Il avait préparé une visite de Namur sur base de photos prises il y a cent ans, lors de la première guerre mondiale. Passionnant ! De plus, suivant des cours d'allemand, il est désormais à même de refaire cette rencontre avec des... Allemands !

Après le périple dans Namur, les participants se sont retrouvés à la Maison Mucha, un gîte citadin (et oui, il n'y a pas que des gîtes ruraux) situé Chée de Waterloo.
 



Une des rares maisons "Art Nouveau" de Namur.
 



La signature de l'architecte de cette maison
datant de 1903.
 

La propriétaire des lieux a ensuite fait découvrir sa maison.
 





 

La visite s'est terminée par des échanges entre les propriétaires de gîtes et les ambassadeurs Greeters autour de petits délices gustatifs rafraîchissants.

Rencontre à Maredret avec Yves Van Cranenbroeck, Greeter.


Samedi 15 mars 2014

Ouverture de la pêche à la truite.

Pour préparer ce jour tant attendu par de nombreux pêcheurs, des truites d'élevage avaient été déversées dans la Molignée il y a quelques jours.
 



Au fond, le château-ferme de Maredsous.
 



Entrée est de Maredret.
 



Le chemin allant de la prise d'eau du bief au parking
relais RAVeL Molignée (entrée ouest de Maredret)
 est devenu chemin privé. Depuis plus
de trente ans, c'était une promenade appréciée
non seulement des habitants mais aussi des visiteurs
de Maredret.

Ce chemin a-t-il été qualifié de privé pour éviter
de déranger les pêcheurs dans leur "sport" ?
 



La face cachée : un petit affluent de la Molignée.


Vendredi 14 mars 2014

La phénologie est l’étude de l’occurrence d’événements périodiques de la vie animale et végétale en relation avec le climat, par exemple la floraison des plantes, la coloration des feuilles à l’automne, l’arrivée des oiseaux migrateurs, etc. Les rythmes saisonniers des plantes et des animaux sont étroitement dépendants des changements de température. L’étude de ces manifestations saisonnières est donc d’un grand intérêt scientifique pour mesurer l’impact du changement climatique sur la biodiversité. La moindre augmentation de température peut avancer de plusieurs jours voire de plusieurs semaines le réveil printanier de la végétation ou le retour des hirondelles.

Cette année, après un hiver qui n'en était pas un, le printemps a fait son apparition de manière précoce.

Dans la vallée de la Molignée, comme partout ailleurs en Wallonie, le botaniste qui observe la croissance et la floraison des plantes printanières constate, une nouvelle fois, une dérégulation : les périodes habituelles ne sont plus respectées et des espèces dont la floraison se succédaient, il y a quelques années à peine, fleurissent désormais en même temps, ce qui est très perturbant.

En France, l’Observatoire des Saisons (ODS) a été créé en 2006 à l’initiative du Groupement de Recherche CNRS sur les Systèmes d’Information Phénologique pour la Gestion et l’Etude des Changements Climatiques.

L'Observatoire des Saisons a pour objectifs principaux de :

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret et naturaliste depuis 1973, a repris ses observations botaniques à Maredret et dans la vallée de la Molignée.

Il a découvert aujourd'hui une importante station de Gagée des bois [Gagea lutea (L.) Ker-Gawl.] à Maredret.
 



La Gagée des bois s'étend sur une surface
de 30 x 100 cm.
 

La Gagée des bois est un géophyte à bulbe se développant dans les frênaies sur alluvions et autres bois frais, haies, lisières des bois, prairies alluviales. Elle est connue dans la vallée de la Molignée et considérée comme AR (assez rare) dans le district phytogéographique Mosan.

Jean Leurquin, botaniste, a consacré en 1999 des notes écologiques et chorologiques à cette espèce printanière.


 

Distribution dans toutes les boîtes aux lettres de la commune d'Anhée du bulletin d'informations communales "ANHEE et 'Vous'" N° 83 de mars 2014.

La couverture, l'édito et les deux pages centrales sont consacrés au "nouveau souffle de la Maison de l'Artisanat de Maredret".

Les difficultés financières de la Maison de l'Artisanat, malgré les importants subsides publiques qui y ont été injectés depuis son inauguration en 2006, ont obligé les autorités communales à mettre en place un comité d'accompagnement piloté par Valérie Deiber, chargée de mission à l'Agence de Développement Local d'Anhée (ADL).
 












Combien de paires de mains sont encore celles d'artisans de Maredret ?

La réponse est : une !
 

De 20 à 22 heures, ce sont des dizaines de voitures de rallye, immatriculées aux Pays-Bas, qui ont traversé à grande vitesse le village, venant du carrefour dit du Beau Chêne, par la Rue Neuve Niole, et se dirigeant, par la Rue des Artisans, vers Ermeton-sur-Biert (Commune de Mettet - Province de Namur).

Moteurs à plein régime et phares allumés, ces voitures n'ont pas manqué d'intriguer les villageois.
 



Virage en direction d'Ermeton-sur-Biert.
 



Encore une !




Ce n'est pas la dernière !


Jeudi 13 mars 2014

Le soleil printanier est toujours bien présent.

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, prépare un parcours pédestre permanent en boucle permettant de faire le tour de Maredret en 45 minutes, tout en découvrant une partie importante du patrimoine du village et en admirant de superbes paysages.
 



La Petite Pervenche (Vinca minor L.) est présente
de manière abondante dans plusieurs sous-bois
des environs du village de Maredret
(notamment dans le domaine foncier
de l'abbaye de Maredret).
 



La corolle jaune brillant de la Ficaire
fausse-renoncule (Ranunculus ficaria L.).
 



De nombreuses micro-carrières
se trouvent tout autour du village :
on y a extrait les pierres qui ont servi
à construire les habitations.
 



L'ancienne école communale.
 



A droite, l'ancienne maison de l'instituteur.
 



L'église Saint-Jean Baptiste.
 



C'était, autrefois, "Au Bon Marché" de Maredret.
 



"Au Bon Marché".

Carte postale ancienne oblitérée
à la date du 20/08/1913.
 



La Molignée et la prise d'eau du bief menant
à l'ancien moulin.
 



Le bief.
 



L'ancienne gare.

"Ma tante Adèle Bouzet, épouse de Paul Collard, habitait à la gare. Je me souviens que, dans un premier temps, sa maison était très petite car il y avait le guichet avec la salle d'attente ainsi que le bureau du garde dans la partie avant. On accédait à la maison par l'arrière et, plus tard, elle a pu utiliser toute la maison. Mon oncle Paul Collard travaillait au chemin de fer et ma tante était garde-barrière Elle était chargée de fermer et d'ouvrir les barrières. Je m'en souviens très bien et dans mes souvenirs je vois encore le guichet avec sa vitre."

Françoise Delvigne
Souvenirs transmis par courrier électronique en date du 24/02/2014.
 



L'ancien moulin.
 



Pont sur la Molignée.
 



L'ancienne Maison Briot.
 



Carte postale ancienne des années 1950.


Mercredi 12 mars 2014

En 2013 et pour la deuxième fois, Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, a participé aux actions Rendez-vous sur les sentiers organisées et coordonnées par l'association SENTIERS.BE.

L’association SENTIERS.BE s’investit dans la promotion et la défense des chemins et sentiers pour les usagers non-motorisés dans le cadre des déplacements quotidiens et des loisirs. Elle oeuvre au maintien et au développement d’un réseau adapté aux déplacements doux reliant les villes, villages, quartiers et centres d’intérêt collectif. Enfin, elle sensibilise à une gestion durable des petites voies publiques garantissant leurs rôles environnemental, social, économique et patrimonial.

Les actions de SENTIER.BE s’articulent autour de quatre axes :

Comme lors du samedi 23/10/2010 (première participation), le travail a consisté à dégager le sentier vicinal Pîssinte do tiène dèl tchapèle reliant la maison de Michèle Lecomte, céramiste, Rue des Artisans  11, au banc public situé Rue des Laimonts. Ce sentier est toujours utilisé comme raccourci pour aller de la Rue du Centre (ancien nom de la Rue des Artisans avant la fusion des communes en 1977) à l'abbaye de Maredret (les "bénédictines" comme on disait autrefois).

L'entretien de l'un des sentiers de Maredret a été réalisé bénévolement le samedi 19/10/2013 par Yves Van Cranenbroeck et Pierre Goffioul dans le cadre de Po vikè èchone à Marèdrèt.
 






Le nom du sentier (Pîssinte do tiène dèl tchapèle)
rappelle que le premier lieu de culte de Maredret
était situé à l'emplacement de la maison
de Michèle Lecomte (ancienne chapelle).
 






Gouet tacheté (Arum maculatum L.).
 

Durant des décennies, ces voies piétonnes et charretières ont permis aux habitants de se déplacer dans et à l'extérieur du village. Les sentiers, tracés à la limite des jardins, permettent aujourd'hui de découvrir Maredret de manière plus intimiste. Quant aux sentiers et chemins quittant le village, ils offrent de très beaux points de vue sur ce petit joyau serti dans la vallée de la Molignée, affluent de la Haute Meuse dinantaise.

Chemins et sentiers font désormais partie de notre patrimoine.

Ils constituent également des couloirs écologiques, réservoirs de la biodiversité, tant au niveau de la flore que de la faune.

Dans le cadre des actions Rendez-vous sur les sentiers, Yves Van Cranenbroeck, également Greeter du réseau de la Province de Namur et naturaliste, a organisé le lendemain de la matinée d'entretien, le dimanche 20/10/2013, à 14 heures, une visite guidée gratuite à la découverte des chemins et sentiers de son village. 15 participants ont ainsi pu réaliser une boucle autour de Maredret en passant, bien évidemment, par le sentier vicinal Pîssinte do tiène dèl tchapèle.

L'association SENTIER.BE a fait fabriquer deux panneaux d'information à cette occasion : profitant du retour de la belle saison, Yves Van Cranenbroeck les a placés aujourd'hui, l'un à proximité de la maison de Michèle Lecomte et l'autre près du banc public de la Rue des Laidmonts.
 









Raccourci pédestre dégagé par des habitants
de Maredret dans le cadre de l'action
Rendez-vous sur les sentiers 2013.

Sentier vicinal N° 36 de Sosoye - Commune d'Anhée.
 

Que vous soyez habitant du village ou visiteur, n'hésitez pas à emprunter ce superbe sentier. Attention : celui-ci peut être glissant en cas de pluie, de neige ou de verglas.


Dimanche 9 mars 2014

Le soleil printanier a encouragé de nombreux visiteurs à parcourir la vallée de la Molignée, à pied, en vélo, en moto ou en auto.
 



Inexplicable sortie de route
à l'entrée est de Maredret.

Une certitude : il n'y avait pas de verglas !
 



Verger d'anciens pommiers.

A l'arrière-plan, la vallée de la Molignée.
 



L'abbaye de Maredret.
 









Fin de journée.
 

Distribution dans toutes les boîtes aux lettres de Maredret d'une lettre signée par Charles Grolaux, président de l'association MAREDRET VILLAGE ARTISANAL asbl.
 


 

Si l'année 2013 s'est terminée avec de mauvaises nouvelles concernant la cohésion sociale du village (section Jour après jour 2013 à la date du 31/12/2013), l'année 2014 commence sous d'excellents augures pour la Maison de l'Artisanat. L'appel à la communication et à la transparence lancé par Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, a manifestement été entendu.

Charles Grolaux signe en tant que président de l'ASBL de la Maison de l'Artisanat, cette association n'existant pas (encore). Serait-ce l'annonce subliminale d'un changement prochain de la raison sociale de l'association MAREDRET VILLAGE ARTISANAL asbl, confirmation officielle de l'échec de la transformation de Maredret en village artisanal, style "Redu des artisans" ?

Charles Grolaux confirme le message électronique qu'il avait envoyé à Yves Van Cranenbroeck en date du 10/02/2014 : les habitants de Maredret bénéficieront bien de la gratuité d'entrée. Seule condition : ils devront aller chercher un Pass annuel nominatif à la Maison de l'Artisanat. A la réception de cette lettre, Yves Van Cranenbroeck et son épouse ont été chercher en fin de journée leur Pass annuel nominatif : il leur a été répondu que ce Pass n'avait pas encore été créé. Patience donc.

Les habitants de Maredret auront également appris par cette lettre que l'accès à la 11ème fête artisanale de Maredret (21/07/2014) sera totalement gratuite (elle l'était déjà pour les villageois mais elle le sera désormais pour tous les visiteurs). Le changement d'appellation (déjà en vigueur en 2013) est confirmé : on ne parle plus de "fête artisanale" mais bien de "marché artisanal" (comme il y en a partout).

Enfin, c'est la première fois que les responsables de la Maison de l'Artisanat affirment que celle-ci va poursuivre sa "vocation de transmission de valeurs et de gardien de mémoire vis-à-vis des métiers en voie de disparition". Cette vocation, totalement nouvelle, est d'un abord sympathique mais mériterait d'être développée et explicitée... à l'occasion de la prochaine lettre aux habitants de Maredret de Charles Grolaux !?!


Samedi 8 mars 2014

Anne Mali, dentellière aux fuseaux et fondatrice de l'Atelier de dentelle de Maredret, a participé à un stage de dentelle Milanaise à Brugge (Provincie West-Vlaanderen - Belgique).
 








 

Voir toutes les photos.


Jeudi 6 mars 2014

Le château-ferme de Maredsous, berceau historique de l'abbaye de Maredsous, est un endroit de grande beauté et plein d'atmosphère et cela en toutes saisons.
 




































1760.
 



Le passage à niveau tout proche étant autrefois
fermé en permanence (il fallait attendre,
pour le franchir, que la garde-barrière
vienne l'ouvrir... ce qui prenait toujours
un certain temps)...
 



... le propriétaire du château-ferme de Maredsous
a fait tracer un chemin menant à la route
qui rejoint l'abbaye de Maredsous
à la gare de Denée-Maredsous et cela afin d'éviter
le passage à niveau !

Le tracé de ce chemin étant très onéreux,
la famille l'a appelé "la voie royale".
 

Le château-ferme de Maredsous est formé d'un quadrilatère des XVIIème et XVIIIème siècles, en moellons calcaires chaulés en jaune. L'ensemble a été fortement transformé aux XIXème et XXème siècles. Il appartient toujours aux descendants de la famille Desclée de Maredsous.
 

La Maison de l'Artisanat a fait distribuer dans toutes les boîtes aux lettres de Maredret une enveloppe fermée contenant un invitation au buffet de printemps qui aura lieu à la salle Al'Bagne à Maredret le vendredi 21/03/2014, premier jour du printemps, à partir de 19 heures.

Le prix du buffet a été fixé à 16 EUR par adulte (12 EUR pour les enfants de moins de 16 ans).
 





 


Mardi 4 mars 2014

Mardi gras.

Anne Mali, dentellière aux fuseaux et fondatrice de l'Atelier de dentelle de Maredret, a terminé un masque de chat en dentelle.
 



Le dessin original et le piqué ont été réalisés
en 2014 par Anne Mali.
 

Pour en savoir plus sur cette création et sur cette exécution.


Dimanche 2 mars 2014

Une fois les brumes dissipées, le soleil a fait son apparition.
 









Les premières jonquilles
(Narcissus pseudonarcissus L.)
le long de la Molignée.
 



Le pont sur la Molignée
à l'entrée est de Maredret.
 



L'ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée),
entre Maredret et Ermeton-sur-Biert
(Commune de Mettet - Province de Namur).

Au fond, à droite, la tour de l'église
de l'abbaye de Maredret.
 









Une borne du domaine du chemin de fer (CF)
endommagée lors des travaux d'entretien
du RAVeL Molignée durant cet hiver.
 



Les feuilles du Gouet tacheté (Arum maculatum L.)
se développent rapidement.
 






Les toits des maisons de la Rue des Artisans et
de la Rue Neuve Niole.

Au fond, la tour de l'église de l'abbaye de Maredret.


Samedi 1er mars 2014

Après avoir été fermée pendant trois mois, du 28/11/2013 au 28/02/2014, la Maison de l'Artisanat a rouvert ses portes aujourd'hui.

La grande nouveauté est que l'entrée est désormais payante (à l'exception des moins de 18 ans et des habitants de Maredret).
 


 


Vendredi 28 février 2014


 

Les activités et autres commémorations de la première guerre mondiale commencent à se succéder.

Axel Tixhon, professeur à l'Université de Namur, a donné à 15 heures une conférence intitulée Les villes martyres belges d'août 1914. Une histoire tragique, un destin commun au CENTRE CULTUREL REGIONAL DE DINANT (CCRD).

Axel Tixhon est aujourd'hui l'historien de référence en Province de Namur au niveau de la guerre 1914-1918.

Sa synthèse a été unanimement appréciée par une salle comble et particulièrement attentive.

La présence, dans la salle, de descendants de victimes et de rescapés des massacres de Dinant a contribué à donner beaucoup d'émotion aux propos du conférencier, lui-même fils d'un ancien bourgmestre de Dinant.
 



Le professeur Axel Tixhon.
 



La mémoire de victimes d'août 1914.

Plaque commémorative en cuivre placée
sur la façade d'une maison de la Rue
Léopold et Victorien Barré à Dinant.
 



Le monument des victimes de Leffe.
 



Détail.
 

Lundi 7 septembre 1914
S. Claud, p.

- Et Dinant ! Pour la première fois ns entendons une description détaillée de l'état actuel de cette ville entièrement calcinée !! les habitants arrachés de leur demeure étaient séparés, les hommes d'un côté, les femmes et les enfants de l'autre, les premiers étaient fusillés par pelotons, les autres entassés ds des locaux quelconques ; l'incendie de la ville opéré quartier par quartier a duré 3 jours les soldats prussiens buvaient et chantaient tout le temps. Mr Poncelet condamné à être fusillé demande grâce, il est le soutien d'une famille de 7 enfants ! on le fusille quand même, l'on oblige ensuite sa femme a creusé sa fosse !! Une autre femme a dû creuser la fosse de ses deux fils ; c'est par centaines que l'on compte les civils fusillés à Dinant, on parle de 6 à 700 ! Mr [blanc] réussit à s'enfuir emportant ds ses bras sa femme et son enfant âgé de 4 jours ! il se réfugie ds un égoût, la nuit à la faveur des ténèbres il réussit, en risquant sa vie, à chercher un matelas pr sa femme ; ils passent 3 ou 4 jours ds l'égoût sans aucune nourriture.

- Mr Wasseige et ses 2 fils fusillés.

- Les prêtre traqués se sauvent emportant les saintes espèces. On entend les confessions nuit et jour ds les caves, ds les rues, partout ! 2 prêtres emportant un ciboire se réfugient ds une impasse, ils communient ceux qui les y rejoignent. Les ornements sacerdotaux sont profanés et jetés sous les pieds des chevaux, le tabernacle des dominicaines subit un assaut à la baïonnette dont il porte des traces très visibles. Ceux qui prennent la fuite sont traqués comme des animaux, même des enfants, on les fusille.

© Annales de l'abbaye de Maredret et Yves Van Cranenbroeck.
 

Le quotidien "LE MONDE" a publié (février-avril 2014) un numéro hors-série intitulé 14-18 - Les leçons d'une guerre - Les enjeux d'un centenaire.
 



Dessin original © Jacques Tardi (2014).
 

Ce numéro hors-série est exceptionnel à plusieurs titres : il distingue clairement les enjeux mémoriaux, patrimoniaux et patriotiques du centenaire de la première guerre mondiale et il dresse un bilan actualisé des recherches historiques en la matière.

"Entre les deux guerres mondiales, l'historiographie s'est concentrée sur les opérations militaires et la question des responsabilités. (...). Il faut attendre les années 1970 pour que l'historiographie se rapproche des acteurs sociaux. (...). Puis vient, à partir des années 1980, l'intérêt pour l'histoire culturelle, c'est-à-dire l'histoire des représentations au sens le plus large : comment les contemporains ont représenté et se sont représentés la guerre. (...). Parmi les éléments déclencheurs, il y a aussi la micro-histoire, dans le sillage de l'historien italien Carlo Ginzburg : on comprend alors que l'approche de faits minuscules peut participer à une connaissance autre des phénomènes de grande magnitude. (...). Il n'y a pas de méthodologie bien fixée, contrairement à l'histoire classique où les matériaux sont les documents officiels. Là on se trouve confrontés à des sources hétérogènes, des lettres, des carnets, des objets, des monuments aux morts, une archéologie du champ de bataille et des sépultures, bref des objets peu ou non écrits dont les historiens, à part les antiquistes et les médiévistes, n'avaient guère l'habitude. Se produit alors une sorte de "dégénéralisation" de la Grande Guerre : on la voit moins "d'en haut", on s'approche de ses acteurs au plus près, pour faire leur histoire, et non plus pour les mettre au service de la "grande histoire". Car la question de la "vérité", de la "représentativité" de tel objet ou de tel témoignage ne doit même pas être posée : des milliards de lettres ont été échangées entre les tranchées et l'arrière pendant la guerre... J'aime cette phrase très belle de Marguerite Yourcenar dans les carnets qui font suite aux Mémoires d'Hadrien : "Les historiens généralisent trop." A la charnière de la fin du XXème siècle et du siècle suivant, on cesse de parler à la place des acteurs sociaux, on s'intéresse vraiment à ce qu'ils expriment. (...). Laisser la parole aux acteurs, ce n'est pas la transcrire telle quelle. On ne peut rester neutre, ne serait-ce que par le choix des matériaux que l'on choisit d'étudier. Mais le défaut des historiens est de traverser les textes [ou les objets] sans les voir. Mon objectif est de s'en approcher au plus près pour retrouver et comprendre les affects, pour raconter comment les individus ont souffert [et croyez-moi, ils ont beaucoup souffert et pendant longtemps]. On s'éloigne alors du récit militaire, pour construire un autre récit, non factuel, des expériences individuelles, des représentations, des affects. Ils sont différents des nôtres et il nous faut les comprendre pour atteindre une histoire à la fois plus large et plus profonde de la Grande Guerre. (...). On pourrait imaginer une "boucle de rétroaction" de cette "nouvelle histoire" vers l'historiographie classique. L'historien allemand Gerd Krumeich propose de revenir à une histoire politique ainsi "mieux informée". On a les moyens de le faire : je me souviens par exemple que Gerd Krumeich a travaillé sur le manuscrit de la déclaration de guerre de l'Allemagne, dont l'original est raturé dans tous les sens, trahissant l'épuisement et les hésitations des décideurs au moment fatidique. (...). Nicolas Offenstadt dit très justement que, à partir des années 1990, l'intérêt pour la Grande Guerre correspond à une volonté croissante de se construire "une histoire à soi", alors que le sujet avait totalement disparu de l'attention du public dans les années 1960 et 1970, alors que ne subsistait plus que la cérémonie annuelle de vieux messieurs décorés au monument aux morts. (...). Nous, les historiens, avons répondu à cette demande en suivant notre propre agenda pour "mieux comprendre". Car il y a un "mystère" de 14-18, qui tourne autour de l'acceptation de tant de violence et de souffrance. Mais il est vrai que c'est un terme qui divise les historiens. Pour l'historiographe classique, la guerre s'arrête le 11 novembre 1918 ou à la signature du traité de Versailles. Mais s'intéresser aux acteurs individuels fait découvrir une histoire beaucoup plus longue, qui n'est d'ailleurs pas terminée : l'immense après-coup de la sortie de guerre. (...). C'est un peu comme un génocide : on en parle d'abord assez peu, puis le récit se libère et prend de plus en plus d'ampleur au fil du temps. Ce fut le cas pour les Arméniens, pour les juifs d'Europe, ce sera le cas, j'en persuadé pour les Tutsi rwandais. La Grande guerre a provoqué, je crois, un deuil de très longue durée qui n'est sans doute pas tout à fait terminé aujourd'hui dans un pays comme la France ou l'Angleterre, où la Grande Guerre est à la fois la première et la "dernière catastrophe" [Henry Roussol] : la première génération, celle qui a vécu le traumatisme, s'est souvent tue ou a tu le plus dur ; la deuxième vit dans ce silence ; la troisième, qui souffre elle aussi, se trouve en position de poser les questions : pourquoi ? Comment ? C'est elle qui publie les "carnets du grand-père" retrouvés au grenier. A ce titre, la Grande Guerre n'est pas encore terminée. (...). En tant qu'historien, je souhaite que le centenaire soit l'occasion de "passer" cette mémoire à la génération suivante. Mais, l'avenir le dira, il peut être aussi un "solde de tout compte" qui fera basculer la guerre de 14-18 dans les "événements morts", comme l'est aujourd'hui la guerre de 1870 dont le deuil avait pourtant été longtemps fondamental."

Propos de Stéphane Audoin-Rouzeau, historien, pages 13 et 14.


Mercredi 26 février 2014


 

Dans ce qu'on appelle vulgairement les Floyes, un peu plus loin que le vieux Château-fort de Montaigle, en allant vers Warnant, après la réunion du Flavion à la Molignée, entre deux des nombreux ponts du Chemin de fer, dans une petite prairie le long de la grand'route, prairie appartenant à Mr Joseph Couturier - Falmagne, ont été fusillés trois hommes de Haut-le-Wastia ; voici leurs noms, que me donne Mr Emile Collot de Sosoye : 1. Narcisse Borsut, 59 ans, marié [mots ajoutés ultérieurement : à Marie Danthine], a encore sa femme, et deux enfants, deux jeunes filles ; 2. Ambroise Léonard, 45 ans, marié [mots ajoutés ultérieurement : à Marie Sacotte], a encore sa femme, et quatre enfants ; 3. Charles Guillaume, marié [mots rajoutés ultérieurement : à Marie Benoît,] a encore sa femme, et trois enfants, [mot rajouté ultérieurement : est] âgé de 42 ans. Ils étaient sur le chemin de fer au passage des premières troupes allemandes, on les en a fait descendre, on les a attachés à des arbres et on les a fusillés. Enterrés tout près, on est venu les rechercher et ont les a reconduits à Haut-le-Wastia. [Phrase rajoutée ultérieurement : Ils y ont été enterrés le 27 août.] Des personnes de Marteau étaient cachées dans un trou, tout près et ont entendu la triste exécution.- Que faisaient ces pauvres hommes aux Allemands ? Rien, absolument rien. C'est pur assassinat.

Extrait du Liber memorialis de l'Abbé Jean Bruyr, curé de Sosoye, Maredret et Foy-Marteau de mai 1910 à juillet 1935 (Premier cahier, page 29).
 



"Après la réunion du Flavion à la Molignée..."
 



"Entre deux des nombreux ponts du Chemin de fer..."
 



"Dans une petite prairie le long de la grand'route..."


Mardi 25 février 2014


 

La préparation des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale mobilise de nombreux historiens professionnels et amateurs ainsi que des passionnés de cette période de l'histoire.

Dans le cadre de ses recherches sur la vie quotidienne des habitants de l'ancienne commune de Sosoye durant la première guerre mondiale, Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, noue des contacts avec des historiens des communes avoisinantes de celle d'Anhée.

Cela conduit à des partages très intéressants, comme ces deux photos prises sur la Place Joseph Meunier à Mettet (Province de Namur) le 11 novembre 1918, jour de l'armistice.
 



Les troupes allemandes attendent de recevoir
les instructions de la part de leurs officiers.
 



Rassemblement autour du kiosque à musique.
 

Lundi 11 novembre 1918
S. Martin, év.

De grand matin une affiche ainsi conçue nous met au courant de la situation [le texte est resté blanc].

A 2 1/2 h. les cloches de St Benoît [Maredsous] sonnent à toute volée, mêmes les plus grosses qui se sont tues depuis 4 ans ! Au même moment les drapeaux sont hissés sur la tour

- Par après nos cloches s'ébranlent aussi pr annoncer Vêpres ; depuis le commencement de la guerre on ne sonnait plus qu'à 1 cloche. Tous les villages environnants attendaient, paraît-il le carillon de l'Abbaye de Maredsous comme signal de la signature de l'armistice et de la suspension des hostilités. En l'entendant la joie a éclaté partout et l'on s'est mis à sonner les cloches des églises... le allemands presque aussi joyeux que nous se sont offerts à prêter main forte aux sonneurs de cloches et les ont aidé en divers lieux !! Dans tous les estaminets on entonne la brabançonne et..... les allemands chantent avec les belges !!!

© Annales de l'abbaye de Maredret et Yves Van Cranenbroeck.


Lundi 24 février 2014

Il a gelé blanc ce matin.
 


 

A 14 h 40, un passage de grues cendrées [Grus grus Linnaeus (1758)] a été observé au dessus de l'abbaye de Maredret. Elles se dirigeaient plein nord.
 















Vol de grues cendrées.

Photos © Christian Van Cranenbroeck.
 

Plus de 80.000 grues cendrées ont été observées aujourd'hui au-dessus de la Belgique. Elles partaient vers le nord de l'Allemagne et la Scandinavie pour aller se reproduire dans les marais et les tourbières (informations aimablement communiquées par Antoine Derouaux du service Etudes d'Aves, pôle ornithologique de Natagora).

Pour en savoir plus sur les sites de migration et d'hivernage des grues cendrées en Europe.
 


Dimanche 23 février 2014

Le soleil de l'après-midi fait paresser les canards colvert le long du bief de l'ancien moulin.
 





 


Vendredi 21 février 2014

Le site internet de Maredret, la mémoire de notre village, a été créé officiellement le 21/07/2004.

Il fête donc cette année son dixième anniversaire.

En dix ans, Yves Van Cranenbroeck, webmestre, a reçu en prêt de nombreux documents, textes et photos, et a recueilli un grand nombre de témoignages sur la vie de Maredret autrefois.

Grâce au site internet de Maredret, un partage permanent de ces informations est généré.

C'est le moment de remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à enrichir la toile.

Aujourd'hui encore, une villageoise a ouvert gentiment son album de photos pour le partager avec Yves Van Cranenbroeck.

Bonne promenade !
 



Procession à la chapelle Notre-Dame de Grâce.

Photo prise en 1949 ou 1950.
 



Les voies de la ligne SNCB 150 et la Rue des Montis.

Photo prise en 1949.
 



L'ancienne ligne SNCB 150 et la Rue des Montis.

Au centre et en recul, la Maison du Pape.

Photo prise en 1949.
 



Rue des Montis, à proximité de la gare de Maredret.

Photo prise dans les années 1960.
 



La gare de Maredret.

Photo prise dans les années 1960.
 



Le même endroit, le 21/02/2014.
 



Passage d'un train d'entretien en 1963
en gare de Maredret.
 



Passage d'un train d'entretien en 1963
en gare de Maredret.
 



Quand les vaches jouent au train.

Gare de Maredret.

Photo prise en mai 1963.
 



Le long de la Molignée,
à proximité de la prise d'eau du bief menant
au moulin.

A l'arrière-plan, maison abattue
dans les années 1970
lors de l'aménagement
du tournant dit de "Chez Vereycken"
(Rue des Artisans).

Un parking a été aménagé sur l'emplacement
de la maison abattue lors des travaux
de rénovation et d'embellissement "Coeur de Village"
(2004-2005).
 



Les quais de la gare de Maredret
avec, à l'arrière-plan, l'abbaye de Maredret.

Photo prise dans les années 1960.
 



La Place de l'Eglise.
 



Le passage à niveau de la Rue des Montis.
 



Rue des Laidmonts.

A l'arrière-plan, l'abbaye de Maredret.
 



Hiver 1984.


Lundi 17 février 2014


 

Comment la première guerre mondiale a-t-elle été vécue par les habitants de l'ancienne commune de Sosoye ?
 



Rue des Artisans.
A gauche, l'ancien hôtel Gillaint-Marlet.
 



Rue du Centre - Hôtel Marlet.
Carte postale ancienne oblitérée
à la date du 16/08/1910.

Le 24 août 1914 à 9 h. 30, un groupe de uhlans
traverse le village. A 15 h. 30, le gros des troupes
débouche par la route de Sosoye. La rue principale,
dans la direction d'Ermeton, était remplie
de troupes quand tot à coup éclatèrent
des centaines de coups de feu. "On ne fusillera
personne, déclara un officier à l'hôtel
Gillaint-Marlet, mais l'ordre est donné d'inspirer
la terreur aux habitants."

Les habitants de plusieurs maisons furent poussés
au mur, pendant que les logis étaient fouillés
de la cave au grenier.

Schmitz, Jean (Chanoine), et
Nieuwland, Norbert (Dom) (1923),
§ 4. - Sosoye-Maredret, rapport N° 559,
page 95.


 

Une double rangée de hêtres mène à l'abbaye de Maredret.
 



L'un de ces hêtres présente sur le tronc
une impressionnante loupe, forme particulière
d'excroissance ligneuse.

A l'arrière plan, à droite, l'une des deux tours
d'inspiration gothique insérées dans le mur d'enceinte
de l'abbaye de Maredret.


Jeudi 13 février 2014


 

Dans le cadre de son projet relatif à vie quotidienne des habitants de l'ancienne commune de Sosoye durant la première guerre mondiale, Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, organisera en 2014 huit visites guidées gratuites, à Sosoye et à Maredret, sur les lieux mêmes où se sont produits des faits dramatiques au début du conflit.

Il vient de réaliser l'affiche annonçant ces visites guidées gratuites.
 



Les visites guidées gratuites de Sosoye et Maredret
au début de la première guerre mondiale
bénéficient du soutien de la Province de Namur
dans le cadre des commémorations du centenaire
de la guerre 1914-1918.
 

Et la nuit est tombée.
 



Rue des Laidmonts.
Pleine lune et nuages.
 


 


Mercredi 12 février 2014


 

En date du 16/09/2013, Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, a répondu à l'appel à projets lancé par la Province de Namur dans le cadre des commémorations du centenaire de la guerre 1914-1918.

Le 30/01/2014, le collège provincial a accepté à l'unanimité son projet intitulé La vie quotidienne des habitants de Sosoye et Maredret et des soeurs bénédictines de l’abbaye de Maredret durant la première guerre mondiale. L'expédition conforme est arrivée par la voie postale aujourd'hui.
 


 

Balade dans le village et dans les campagnes environnantes.
 



Rue Neuve Niole - La Villa des Thuyas.
Carte postale ancienne (Editions N. Laflotte)
oblitérée à la date du 20/08/1926.
 



La Villa des Thuyas aujourd'hui.
 



Rue Neuve Niole.
 



Fleurs du Perce-neige (Galanthus nivalis L.)
le long de l'ancien chemin menant
de l'
ancienne école communale
à l'
ancienne ferme de la Cour
.
 



La vallée de la Molignée avec, à l'arrière plan,
les deux tours de l'abbaye de Maredsous.
 



La chapelle Saint-Gérard et
l'ancienne ferme de la Cour.
 



Deux ânes bien sympathiques.
 



Les chemins sont devenus boueux suite
aux pluies abondantes de ces derniers jours.


Mardi 11 février 2014


 

A la fin de l'année 2013, le collège communal de la commune d'Anhée a décidé de constituer un groupe de travail pour préparer et organiser les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale dans l'entité.

Luc Piette, Bourgmestre, a exprimé sa volonté que les commémorations aient lieu tout au long des cinq années de guerre et non pas seulement au début (août 2014) et à la fin (11/11/2018).

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, a souhaité s'investir au sein de ce groupe de travail afin de partager les résultats de ses recherches dans l'ancienne commune de Sosoye (intégrée, lors de la fusion des communes en 1977, au sein de la commune actuelle d'Anhée).

Trois réunions se sont déjà tenues dans la salle du conseil communal : le 26/11/2013, le 07/01/2014 et aujourd'hui.

Le groupe de travail prépare activement la mise sur pied d'une exposition qui aura lieu du samedi 13 au mardi 16/09/2014 au château de Bioul (commune d'Anhée).
 



L'ancienne école communale a abrité
la maison communale de l'ancienne commune
de Sosoye avant la fusion des communes.
 






Plaque commémorative des morts
des deux guerres mondiales.

Mais voici la plus triste chose :
lundi 24 août
[1914] dans la matinée un paroissien
de Maredret était tué ! C'est Emile Taton,
 âgé de 37 ans, veuf de Julia Delcroix,
de Tamines, père d'Arthur Taton,
âgé en 1914 de 14 ans, fils d'Alexandre Taton
et de Rosalie Binon. Il se trouvait ce jour-là
vers 9 h du matin à la ferme de la Cour,
au dessus de Maredret, près du four communal,
attendant avec d'autres que le pain fut cuit.

Extrait du Liber memorialis de l'Abbé Jean Bruyr,
curé de Sosoye, Maredret et Foy-Marteau
de mai 1910 à juillet 1935
(Premier cahier, pages 35 et 36).
 

Le soleil est toujours hivernal mais les paysages en sont bien illuminés.
 



A gauche, les deux tours de l'abbaye de Maredsous,
et, à droite, la tour de l'abbaye de Maredret.

C'est non loin de là qu'Emile Taton
a été abattu le 24/08/1914,
peu après 9 heures du matin.
 

Tout à coup le pauvre malheureux aperçoit les Uhlans, il veut se cacher et se précipite dans les buissons, mais les soldats ont vu leur proie et le chef des quatre, un gaillard grand et fort qui précédait les autres leur fit signe de rester sur la route, tandis que lui s'engage avec son cheval derrière les buissons à la recherche du villageois. J'entends un cri sauvage, qui me glaçait le sang, et je voyais le coupable (note : coupable de quoi ? mettons plutôt : l'innocent) sortir de sa cachette et aller au devant du soldat à cheval, les bras étendus dans un geste de supplication. Mais celui-ci jetait encore un cri et tirait un coup de révolver vers sa victime, qui tombait sur sa face. Alors le soldat approchait de lui et tirait deux coups pour l'achever, après quoi il rejoignait ses compagnons et partaient au galop continuant leur route.

Soeur Caecilia Joyce Marmion osb, Irlandaise d'origine et nièce du Révérendissime Abbé de Maredsous, Dom Columba Marmion, in Liber memorialis de l'Abbé Jean Bruyr, curé de Sosoye, Maredret et Foy-Marteau de mai 1910 à juillet 1935 (Deuxième cahier, pages 123 et 124).


Lundi 10 février 2014

Fête de sainte Scholastique, soeur de saint Benoît.

Sainte Scholastique est la protectrice de la communauté de l'abbaye de Maredret tandis que saint Jean Baptiste, le Précurseur, est le protecteur de l’église abbatiale (la fête de sa nativité est fixée au 24 juin).
 



L'autel de sainte Scholastique
situé dans l'église abbatiale,
nef des fidèles, côté cloître.

Carte postale ancienne.
 

L'autel de Sainte Scholastique

Entre les deux confessionnaux, se trouve le petit autel érigé en l'honneur de notre patronne Ste Scholastique. C'est un très heureux mélange de chêne et de marbres divers. La statue de la sainte, en chêne sculpté est un petit chef d'oeuvre de l'école d'Art de Maredsous. Elle est posée sur un socle gracieux et élancé en marbre rose liseron. La Vierge bénédictine est représentée tenant d'une main la crosse abbatiale et de l'autre une colombe prête à s'envoler en souvenir de la vision qu'eut St Benoît : au moment de son trépas, il vit l'âme de sa soeur monter au ciel sous la forme d'une colombe. La mosaïque entourée de marbre bleu turquin rappelle ces mêmes colombes qui sont aussi symbole des âmes pures, simples et virginales.

Donateurs de l'autel : la famille Halflants à la première profession de Mère Angèle qui fut en même temps le 1/2 jubilé de profession de sa tante, Révérende Mère Louise Halflants, avril 1926 - De la statue : Soeur Wivine Anciaux à sa profession ; avril 1914. Elle fut solennellement bénite par le Rme Primat, Dom Fidèle de Stotzingen le 24 août 1927 après la messe conventuelle, jour de l'incorporation de notre abbaye dans la congrégation belge.

Donateurs de la mosaïque : famille et amis de Mère Gabriel Verhulst à son 1/2 jubilé de profession : Ascension 1928.

Extrait du manuscrit Une visite dans notre Eglise Abbatiale, sans date mais commencé peu après le 1er octobre 1907, fête de la Dédicace de l’église abbatiale (© archives de l’abbaye de Maredret).
 

Interpellé par Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, à propos de l'instauration d'un prix d'entrée à la Maison de l'Artisanat (voir ci-dessous à la date du 10/01/2014), Charles Grolaux, président de l'association MAREDRET VILLAGE ARTISANAL asbl, lui a répondu que "pour vous tranquilliser sachez que nous avions prévu que les habitants de Maredret ne seraient pas concernés par ce droit d’entrée."

Reste à espérer que l'actuel conseil d'administration, gestionnaire de la Maison de l'Artisanat, communiquera mieux et plus à l'avenir avec les habitants de Maredret.


Mercredi 5 février 2014

Temps sec et ensoleillé.
 



Rue des Laidmonts.
 



Ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée)
entre Maredret et Ermeton-sur-Biert
(commune de Mettet).
 



L'ancienne forge de Bonsin vue depuis l'ancienne
ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée).


Mardi 4 février 2014


 

Sosoye et Maredret, au début de la première guerre mondiale

Au coeur de la vallée de la Molignée, les villages de Sosoye et de Maredret (ancienne commune de Sosoye) ont été pris en étau entre soldats belges, français et allemands. Les lieux (église, maisons de pierre, rues, chemin de fer...) parlent encore des faits dramatiques de la fin de l’été 1914 : le journal (Liber memorialis) de l'Abbé Jean Bruyr, curé de Sosoye, et les Annales des soeurs de l’abbaye de Maredret en sont les témoins.

Passionné par l'histoire de l'ancienne commune de Sosoye, de la région de la Molignée et de la Haute Meuse dinantaise, membre de la SOCIETE ARCHEOLOGIQUE DE NAMUR (SAN) asbl, webmestre du site internet de Maredret et Greeter dans son village de Maredret, Yves Van Cranenbroeck vient de recevoir l'acceptation de son dossier de participation, sur le thème Sosoye et Maredret, au début de la première guerre mondiale, aux 26èmes Journées du Patrimoine en Wallonie.
 


 

Il organisera deux visites guidées (à Sosoye le 13/09/2014 et à Maredret le 14/09/2014) afin de faire revivre la vie quotidienne des habitants de l'ancienne commune de Sosoye au début de la première guerre mondiale.
 

Les dix ans de Face de Bouc

C'est aujourd'hui le 10ème anniversaire de la création de Face de Bouc, pardon de Facebook, appelé abusivement "réseau social". Il est censé se substituer progressivement aux relations traditionnelles entre les êtres humains (du moins pour ceux qui ont accès à internet)...
 


 

Face de Bouc contribue à pervertir celles-ci, principalement par l'affadissement de l'amitié, laquelle se noue et s'entretient par des relations directes et non simplement par l'échange de photos ou de réactions immédiates. Certains adeptes de Face de Bouc sont fiers d'avoir des centaines d'"amis".

L'amitié est trop précieuse que pour être ainsi galvaudée par quelques clics de souris informatique.

Les vrais amis sont rares et ils se comptent le plus souvent sur les doigts des deux mains... quand ce n'est pas sur une seule main.

Autre perversion : celle qui consiste à faire monter les audiences virtuelles, le compteur intégré en faisant foi, en cliquant sur "J'aime". Même l'amour est réduit à l'acte du clic.

Quant à l'utilisation de toutes les données personnelles des membres consentants du principal réseau mercantile étasunien, le débat est lancé depuis longtemps et il n'est pas prêt de se refermer.

Internet est un réseau électronique qui est capable du meilleur comme du pire.

La réduction progressive de la toile aux adeptes de Face de Bouc contribue à restreindre la liberté qui est censé y régner.

Quant à la gestion de ses "amis" et de ses "likes" sur Face de Bouc, celle-ci prend de plus en plus de temps et, comme celui n'est pas extensible, on risque de se passer de bien de bonheurs simples de la vie.

Vous l'avez compris : je ne suis pas membre de Face de Bouc et je n'ai pas l'intention de le devenir. Comme d'ailleurs je ne souhaite pas prolonger le site internet de Maredret, qui fête en 2014 son dixième anniversaire, en ouvrant un compte Face de Bouc, à la recherche d'"amis" et de "likes".
 

Yves Van Cranenbroeck,
webmestre du site internet de Maredret
 



J'aime mon village.


Lundi 3 février 2014

Le soleil était à nouveau au rendez-vous.
 



Rue du Meunier.
 



Ombre végétale sur un tapis de bryophytes.
 



Le mur d'enceinte (côté sud) de l'abbaye de Maredret.
 



Terres labourées le long de la route allant
de Maredret à Sosoye, un peu après le carrefour
dit du Beau Chêne.
 



Route allant du carrefour dit du Beau Chêne
à l'abbaye de Maredsous.
 



Panorama en bordure de la route allant de Maredret à Sosoye.
 



Hiver doux.


Dimanche 2 février 2014

A l' Tchandeleûse, mitan grin, mitan strin.

A la chandeleur, les réserves de grain et de paille sont à demi épuisées.

Cité par Lucien Léonard (1966), page 595.


 

La lumière du soleil était au rendez-vous en la fête de la Chandeleur.

La fête de la Chandeleur, appelée aussi Purification de la Vierge Marie en Occident et sainte Rencontre (Hypapanthe) en Orient, était connue dès le IVème siècle à Jérusalem, où elle était célébrée le 14 février afin de coïncider avec le quarantième jour depuis la Nativité qui était alors célébrée le 6 janvier. Elle a été introduite à Constantinople par l’empereur Justinien, en 542.
 



Rue des Laidmonts.
 



Fleurs du Perce-neige (
Galanthus nivalis L.).
 















Le mur d'enceinte (côté sud) de l'abbaye de Maredret.
 



Coquille d'escargot vide.
 



La noix n'a pas été perdue pour tout le monde !
 



Photo panoramique du paysage situé à proximité du carrefour dit du Beau Chêne (15 h 11).
 



Un blaireau [Meles meles Linnaeus (1758)], probablement
tué par une voiture, en bordure de la route
 allant de Sosoye à Maredret, à proximité
du carrefour dit du Beau Chêne.
 









Des pattes adaptées à l'activité de terrassement.
 



Sortie du tunnel de Maredsous, à proximité
de l'ancien passage à niveau.
 



L'ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée).
 



Le pont sur la Molignée à l'entrée est de Maredret.


Vendredi 1er février 2014


 

"L'AVENIR DU LUXEMBOURG" publie sous la plume de Jean-Michel Bodelet une double page consacrée au manuscrit de la lettre pastorale Patriotisme et endurance du Cardinal Désiré-Joseph Mercier (Noël 1914), calligraphié et enluminé dans la clandestinité (1915-1916) par les soeurs bénédictines de l'abbaye de Maredret.
 


 

C'est un bel hommage rendu au travail exceptionnel de la communauté des soeurs.

Voir les Annales de l'abbaye de Maredret de 1914 à 1918.


Mercredi 29 janvier 2014

Temps sec, froid et ensoleillé.
 



L'abbaye de Maredret.
 



Le temps doux de cet hiver attire
de nombreuses grives qui se régalent
des pommes tombées.
 



Autre effet du temps doux : les taupes s'activent
plus tôt que d'habitude.
 






Glace brisée.
 



Les sangliers sont passés par ici cette nuit.
 






Inflorescence de la Cardère sauvage ou
Cabaret des oiseaux (Dipsacus fullonum L.).
 



Inflorescences de la Bardane commune
(Arctium lappa L.).
 



Graines plumeuses de la Clématite des haies
(Clematis vitalba L.).
 



A proximité de l'l'ancienne ferme de la Cour.




L'ancienne ferme de la Cour et
la chapelle Saint-Gérard.
 



Panorama sur le village depuis la Rue Roland.
 



L'ancienne usine
La Pommeraie.
 



"Du sourire à partager."

Ce camion va livrer du fromage fabriqué
par le groupe alimentaire industriel BEL
de Cléry-le-Petit (Département de la Meuse -
Région Lorraine - France) à la société
FROMAGERIE BEL BELGIUM sa à Maredsous.


Lundi 27 janvier 2014


 

La première partie de l'article intitulé L'Empereur et l'Abbesse - Une visite étonnante à l'abbaye de Maredret le 23 juin 1916 et rédigé par Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, vient d'être publiée dans le périodique trimestriel du Musée en Piconrue (Bastogne).
 



Récit de la rencontre entre Guillaume II,
empereur d'Allemagne, et Madame Cécile de Hemptinne,
abbesse de l'abbaye de Maredret,
le 23 juin 1916.


Dimanche 26 janvier 2014

Le dimanche après-midi, les promeneurs flânent dans les rues du village.

Ils empruntent volontiers l'escalier qui mène aux salles d'exposition d'Antonio Lampecco, céramiste de Maredret dont la renommée s'étend largement au delà du village, de la Wallonie, de la Belgique et même de l'Europe.

Merveilleusement mises en évidence dans les anciennes caves de La Pommeraie (aussi appelée la Chirouterie par les habitants de Maredret), les créations d'Antonio Lampecco attirent le regard de par leurs formes et leurs couleurs, en particulier les bleus uniques.
 





























 


Lundi 13 janvier 2014

Fête de saint Hilaire, évêque de Poitiers.

Le culte rendu à saint Hilaire à Maredret est ancien.

On vient en pèlerinage à Maredret à Saint Hilaire, pour la guérison des maux aux jambes. Il y a une relique du Saint, que l'on donne à baiser et on bénit de l'eau en son honneur. Le 14 janvier on chante la messe, mais c'est surtout le 2e dimanche du mois de mai que l'on y vient des villages voisins en pèlerinage ; alors il y a beaucoup de monde. On y chante un cantique en son honneur à la fin de la grand'messe.

Extrait du Liber memorialis de l'abbé Jean Bruyr, curé de Sosoye, Maredret et Foy-Marteau de mai 1910 à juillet 1935, 2ème cahier, page 112.
 



Dans le mur de façade de la maison située
Rue des Artisans  14, une niche abrite
une statue de saint Hilaire.
 

Statue de St Hilaire. - La petite statue de St Hilaire, en terre cuite, hauteur [   ] centimètres, qui se trouve à la façade de la maison d'Isidore Sèlecht, près des Religieuses enseignantes de Maredret, a été faite à Maredsous et a été donnée par le P. Ambroise Clément, de Maredsous, vers 1910, alors qu'il était Vicaire à Maredret. Belle petite statue.

Extrait du Liber memorialis de l'abbé Jean Bruyr, curé de Sosoye, Maredret et Foy-Marteau de mai 1910 à juillet 1935, 3ème cahier, page 357.
 

Les températures douces incitent à se balader.
 



L'ancienne ligne SNCB 150 (RAVeL Molignée),
entre Maredret et Ermeton-sur-Biert.
 



Le long du RAVeL Molignée, une feuille dressée
nouvelle attire l'attention : il s'agit
du Gouet tacheté (Arum maculatum L.).

Les climatosceptiques feraient bien de s'arrêter
quelques instants devant ce spectacle :
les feuilles du Gouet tacheté n'ont jamais été
si précoces !

Les changements climatiques sont bel et bien
visibles.
 



L'ancienne halte de Maredret :
à gauche, l'ancienne gare, à l'horizon, la tour
de l'abbaye de Maredret et, à droite,
l'ancien hôtel Delobbe avec, à proximité,
le pont sur la Molignée.


Dimanche 12 janvier 2014

Le village s'est réveillé avec le gel : après des semaines très pluvieuses et avec des températures très (trop) douces pour la saison, le givre a fait son apparition.
 



Paysage d'hiver près du lieu-dit Beau Chêne.
 






Le poêle à bois ronfle.
 

L'après-midi, le soleil encourageait à la promenade.
 



Inflorescences du Noisetier (Corylus avellana L).
 



La vallée de la Molignée en fin d'après-midi (15 h 20) (photo panoramique réalisée Rue des Laidmonts).


Vendredi 10 janvier 2014

La MAISON DU TOURISME DE LA HAUTE MEUSE DINANTAISE vient de publier son traditionnel guide touristique pour l'année 2014.

En page 45 de celui-ci, dans la section Musées, figure la présentation de la Maison de l'Artisanat.
 



C'est la première fois qu'un droit d'entrée est rendu officiel :
1 EUR par adulte (0,75 EUR par personne en cas de groupe
d'un minimum de 20 personnes) et 2 EUR par adulte
les premiers dimanches du mois (artisans au travail).

Les habitants de Maredret et ceux de la commune d'Anhée
devront-ils également payer pour entrer à l'ancienne école
des soeurs de Maredret
, rénovée en 2006 en Maison de l'Artisanat
à grands renforts de subsides publics ?


Lundi 6 janvier 2014

"L'AVENIR" (Namur) publie un article consacré à l'incendie survenu hier soir au poulailler industriel de Maredret.
 



"Le feu s'est déclaré par autocombustion des fientes."

"L'opération d'évacuation des déchets s'est déroulée
durant plusieurs heures dans une puanteur
que l'on peut aisément imaginer."
 

A installation industrielle, risques industriels.

Les pompiers d'Yvoir et les agents de la Protection civile de Libramont ne doivent pas être prêts d'oublier les odeurs dégagées par le tas de fientes en combustion partielle...

Et qui va payer l'intervention des hommes du feu et de la Protection civile ?

L'auteur de l'étude des incidences sur l'environnement du second poulailler industriel (doublement du nombre de poules pondeuses), dont le projet a été présenté à la population de Maredret le 23/10/2013, à la salle Al'Bagne, devra intégrer ce risque, lequel n'avait manifestement pas été pris suffisamment en compte lors de la construction du premier poulailler industriel (le séchage partiel des fientes avant leur stockage dans la fumière n'est probablement pas optimal).

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret et opposant aux élevages industriels, a immédiatement informé le bureau d'études EURECO (Robert Bissot) chargé de l'étude des incidences sur l'environnement de cet incendie.

Les opposants au premier poulailler industriel exigeait une étude des incidences sur l'environnement, laquelle leur a été refusée : si celle-ci avait été réalisée, elle aurait dû prendre en compte le risque d'autocombustion dans une fumière susceptible de contenir une telle quantité de fientes.



 

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, poursuit la transcription des Annales de l'abbaye de Maredret dans le cadre du devoir de mémoire à l'occasion du centenaire de la guerre 1914-1918.

Voici ce qu'il a pu découvrir à l'Epiphanie 1915 (mercredi 06/01/1915) :

Sr Marthe, notre oblate monte dans "la patache" à Maredret, pour se rendre à Leffe. Elle est chargée par Madame [l'Abbesse] d'inviter le Rme Abbé Madeleine Prélat des Prémontrés, pour recevoir la Profession de Sr Fébronia. En l'absence de l'Abbé, le Prieur de Leffe accepte pour lui. Sr Marthe se promet bien de ne plus jamais remonter dans "la patache". Ce véhicule, à l'usage de la population de Maredret, pour les voyages à Dinant et au delà, est une sorte de roulotte de bohémien qui en temps ordinaire sert à porter le pain, depuis la guerre elle fait office de diligence ! Aucune fenêtre dans ce véhicule qui est faiblement éclairé par le haut, il y a place pour 15 personnes, on s'y engouffre parfois à 30 ! Les plus robustes courent danger de s'évanouir en route, faute d'air ; mais comme l'infortuné cheval n'arrive pas à trainer cette charge disproportionnée, on descend pour l'aider ds son office et du même coup on respire.... Le prix du voyage ds cet équipage est de 5 $ [francs] aller et retour jusque Dinant.


Dimanche 5 janvier 2013

Fête de l'Epiphanie

En début de soirée, le passage de véhicules de pompiers remontant la Rue des Montis n'a pas manqué d'intriguer les villageois.

Le feu aurait pris dans un hangar du poulailler industriel.


Samedi 4 janvier 2014


 

Anne Mali, dentellière aux fuseaux et fondatrice de l'Atelier de dentelle de Maredret, a été intriguée par un morceau de tissu brodé et entouré de dentelle.

Il s'agit de la partie avant, imprimée, d'un sac de farine envoyé par les Etats-Unis d'Amérique à la population belge durant la première guerre mondiale.
 


 



Détail.

Sprague Roller Mills (Washington).
 



Détail.
 

Trois journalistes belges, Louis Gille, Alphone Ooms et Paul Delandsheere, ont raconté, jour après jour, en quatre tomes, Cinquante Mois d'Occupation Allemande (titre de l'ouvrage achevé de rédiger en novembre 1918 et publié en 1919).


 

Les faits rapportés ont essentiellement trait à la vie bruxelloise mais des événements nationaux et internationaux y sont également inclus.

A la date du 17 juillet 1915 (tome I, pages 372 et 373), les auteurs donnent les explications suivantes au sujet de ces sacs :

Les sacs américains ayant contenu de la farine destinée au Comité national de secours et d'alimentation ont grand succès auprès des collectionneurs de souvenirs de guerre. Ces sacs portent des inscriptions et se vendent plus ou moins cher, suivant que la devise est plus caractéristique. On vend 30 francs un sac portant en lettres bleues et rouges cette mention, en anglais :

De la ville de Springfield (Ohio)

En témoignage d'affection à
Nos amis les Belges.
A cette héroïque nation
Dieu la bénisse !

Ces sacs portent aussi des devises, des dessins en couleur ; par exemple, un profil d'indien du Far-West, à la chevelure empennée. Le Comité national fait broder un grand nombre de ces sacs, sur lesquels sont alors ajoutés à la soie de petits drapeaux américains et belges. On en fait des tabliers, des abat-jour, des milieux de table, des dossiers de fauteuils, des stores. Plusieurs sacs ainsi transformés et embellis, retournent aux Etats-Unis et vont y exprimer la gratitude de la nation qui les as reçus.

L'Atelier de dentelle de Maredret s'associera tout au long des années 2014 à 2018 au devoir de mémoire dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale.
 



Le coquelicot, symbole du sang versé
durant la première guerre mondiale.
 


 


Mercredi 1er janvier 2014


 



"Je n'ai pas voulu cela"
aurait déclaré l'empereur Guillaume II
durant la première guerre mondiale.

Carte postale ancienne allemande
d'après 1918.
 

Yves Van Cranenbroeck, webmestre du site internet de Maredret, historien local et membre de la SOCIETE ARCHEOLOGIQUE DE NAMUR asbl (SAN), participera activement au devoir de mémoire à l'occasion du centenaire de la guerre 1914-1918 avec le projet La vie quotidienne des habitants de l'ancienne commune de Sosoye (Sosoye et Maredret) durant la première guerre mondiale.

Il rédige actuellement l'analyse critique historique de la visite étonnante de l'empereur Guillaume II à l'abbaye de Maredret le 23/06/1916.

Pour mieux comprendre la première guerre mondiale, la lecture de deux livres de référence est vivement conseillée :
 



1914. Les Atrocités allemandes -
La vérité sur les crimes de guerre
en France et en Belgique.

 



Les somnambules -
Eté 1914 : comment l'Europe
a marché vers la guerre.

 

Le passage d'une année à l'autre est souvent l'occasion de faire un bilan.

Depuis sa création le 21/07/2004, il y aura bientôt 10 ans, voici les statistiques de fréquentation du site internet de Maredret :

Le site internet de Maredret continue à faire partie des sites internet les plus fréquentés de la Haute Meuse dinantaise et de la région de la Molignée.